Guide pour mieux vivre son retour d’expatriation

Vous venez de vivre une expérience professionnelle unique à l’étranger et vous vous préparez à reprendre la direction de l’hexagone ? Afin que votre retour en France soit le plus fluide possible, n’attendez pas que votre période d’expatriation ou celle de vos collaborateurs arrive à son terme, suivez le guide Nomamundi.

Anticipez pour ne pas être dépaysé

Les retours d’expériences des expatriés vont tous dans le même sens, un retour mal préparé s’avère compliqué. L’enjeu est de vous réacclimater à votre pays d’origine tout en effectuant un grand nombre de démarches. Les impacts psychologiques, sociaux et administratifs d’une expatriation ne sont pas négligeables.

Plus vous avez passé de temps à l’étranger, plus votre situation est complexe et il faudra vous y prendre en amont. Une famille avec enfants scolarisés, expatriée depuis plusieurs années aura plus de difficultés à se réacclimater qu’un jeune diplômé envoyé quelques mois à l’étranger par son employeur.

Afin que la réintégration se passe au mieux, un retour en France se prépare autant qu’un départ sur le plan personnel comme professionnel. Pour revenir le plus sereinement possible, l’idéal est même de voir cette étape comme une aventure qui s’apparente à une nouvelle expatriation.

Impact administratif : logement, santé… ne laissez rien au hasard

Les étapes du retour avec en première ligne les démarches administratives sont nombreuses et demandent beaucoup d’organisation et de patience. Si vous avez gardé des liens avec la France ou que votre expatriation a été de courte durée, la transition sera plus douce.

Impacts sur votre vie quotidienne

Avoir une adresse en France est la condition sine qua non pour pouvoir… tout faire ! Si vous n’avez pas la chance d’avoir un logement ou un garant, les recherches peuvent s’avérer fastidieuses. Vos fiches de paie étrangères ne rassurent pas forcément les propriétaires… Vous ne pourrez continuer le parcours qu’une fois muni de votre précieux sésame (justificatif de domicile). Si vous avez des enfants, il faudra demander leur réintégration dans le système scolaire français ou trouver une garderie. Si vous avez passé une bonne partie de votre vie à l’étranger, vous serez peut-être même “hors circuit” et il faudra parfois :

  • Vous réinscrire à la CPAM pour obtenir une carte Vitale,
  • réouvrir un compte bancaire,
  • refaire des demandes d’aides financières (CAF, APL…),
  • régulariser votre situation avec l’administration fiscale…

Impacts sur votre vie professionnelle

Si votre expatriation n’est pas encadrée par votre employeur, il faudra réintégrer le monde professionnel. La recherche d’un emploi pour vous et/ou votre conjoint pourra être plus ou moins compliquée suivant vos profils.

Lors de votre départ veillez à vous munir de tous vos justificatifs professionnels (contrats de travail, fiches de paie…). Ils seront indispensables pour vous inscrire si besoin à Pôle emploi, effectuer une validation des acquis de l’expérience (VAE) ou faire valoir vos droits à la retraite. Que votre expatriation se soit bien passée ou non, que vous reveniez d’un pays de l’Union européenne ou non, l’impact de ces démarches administratives chronophages n’est pas négligeable et toujours source de stress.

Quelques conseils pour gagner du temps

Pour faciliter votre retour, pensez au simulateur mis en place par Service-public.fr “Comment faire si vous revenez vivre en France ?” Il suffit de renseigner les paramètres relatifs à votre situation à l’étranger pour connaître les démarches à effectuer et les administrations à contacter. Le rétro-planning personnalisé proposé en fin de questionnaire peut vous faire gagner un temps précieux.

De nombreuses démarches peuvent être initiées/finalisées sur Internet depuis le pays d’expatriation (logistique du déménagement, formalités douanières…). N’oubliez pas d’effectuer vos radiations (registre des Français de l’étranger, liste électorale consulaire…). Et si votre situation familiale a changé (mariage, naissance…), vérifiez que vos documents d’état civil sont à jour.

Impact psychologique : gardez le moral au retour !

Au-delà des formalités, ne négligez pas l’impact psychologique d’un retour dans votre pays d’origine. Suivant le lieu et la durée de votre expatriation, le retour à la réalité sera plus ou moins compliqué. Vous n’êtes pas à l’abri de coups de blues si vous passez d’un environnement paradisiaque à un bureau dans une tour de la Défense… La modification du rythme quotidien et une météo moins clémente vont également jouer sur votre moral et c’est tout à fait normal.

Se réacclimater en douceur

Après de nombreuses années passées à l’étranger, la perte de repères qui s’apparente à un choc culturel est classique. Il faudra parfois vous réhabituer à la mentalité française, ne sous-estimez pas cette étape transitoire. Certains anciens expatriés parlent de “ré-impatriation” et conseillent de laisser du temps au temps pour limiter son impact. Ils conseillent de retourner dans un lieu refuge (maison de famille…) ou à l’endroit où vous étiez avant de partir. Pour atterrir en douceur, pensez à reprendre une vie sociale avant de vous lancer dans une nouvelle routine professionnelle.

Évitez de comparer et gardez uniquement le positif

Si l’expatriation s’est bien passée, une partie de vous va inévitablement rester sur place. Sachez que pendant la période de réacclimatation vous allez osciller entre la tristesse d’avoir quitté une belle aventure et la joie d’avoir eu la chance de la vivre. Des sentiments incompréhensibles par vos proches franco-français ! Gardez le positif et si la vie vous semble fade, faites un petit Skype avec vos amis/collègues restés sur place avant d’y retourner en vacances.

Et si besoin, faites-vous accompagner…

Coaching, conférences sur le retour, accompagnement psychologique… tout est possible pour vous aider à mieux supporter ce sentiment qui peut vous envahir d’être étranger dans votre pays. Vous pouvez également prendre contact avec une association (France Retour Accueil…) ou intégrer des réseaux animés par d’anciens expatriés. Ne négligez pas non plus l’impact d’un déménagement international sur vos enfants, ouvrez le dialogue afin d’éviter tout traumatisme.

Bon nombre d’entreprises préparent leurs salariés à l’expatriation, mais peu au retour. Pour revenir l’esprit tranquille, contactez les experts Nomamundi et si vous souhaitez repartir travailler à l’étranger, ils seront également à vos côtés avec des conseils pratiques adaptés à chaque destination…

Sign in

Send Message

My favorites